5:30:59 PM Jeudi, 18 Avril 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Elections sans réformes : Togo Debout interpelle l'ambassadeur d'Allemagne


  [5/15/2018 7:49:04 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :5709 fois | Commenter
 

Togo  - L'Ambassadeur d'Allemagne au Togo, Christoph Sanders demande aux Togolais d'aller aux élections, dans cette situation empreinte de crise politique qui peine à trouver une solution. Une position qui fâche au Front Citoyen Togo Debout (FCTD). Voici la lettre de protestation envoyée par ce mouvement au diplomate allemand !




Lomé, le 14 mai 2018

A
Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Togo,
Lomé-TOGO

Objet : LETTRE OUVERTE : LE SCHEMA ELECTORALISTE QUE VOUS PROPOSEZ AUX TOGOLAIS DANS LES CONDITIONS ACTUELLES RESTE FORT INTENABLE, DANGEREUX, VOIRE SUICIDAIRE !

Excellence Monsieur l’Ambassadeur,

Le Front Citoyen « TOGO DEBOUT » (FCTD) a l’honneur de porter à votre connaissance une des préoccupations de la majorité des Togolais qui est qu’aucune élection quelle qu’elle soit, dans les conditions actuelles, ne saura être la solution à la grave crise que traverse le Togo.

La présente démarche est d’autant plus nécessaire, voire indispensable que lors de la rencontre que votre Chancellerie a eue avec une délégation du FCTD le……., vous avez insisté sur cette position en axant votre argumentaire sur le fait que les Togolais doivent laisser le Président Faure défendre son bilan en 2020.

Seulement, il est à noter que la crise que traverse actuellement le Togo n’est pas une crise liée à l’absence d’organisation des élections ; c’est une crise qui est à l’aune d’un déficit démocratique criard, couplée d’une mauvaise gouvernance, et à l’absence d’alternance politique au sommet de l’Etat.

En effet, le Togo a toujours organisé des élections depuis les années 1990, mais la crise survit à ces innombrables processus électoraux devenus plutôt un « terreau » fertile à la recrudescence des violences et violations graves et massives des droits de l’homme, dans la mesure où les institutions qui y sont impliquées ne présentent aucun gage d’indépendance et de crédibilité.

Les Togolais ont vu, à leur corps défendant, des élections au cours desquelles des urnes ont été bourrées et volées par des militaires, mais qui ont été malheureusement validées par la communauté internationale ! Ils ont encore vu des élections dont le comptage des voix n’était pas terminé et pourtant les résultats étaient proclamés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) désignant un vainqueur !

Le peuple togolais est l’un des peuples d’Afrique qui ont payé un lourd tribut pour la démocratie ; les tueries de Fréau-Jardin, les massacres des populations à Bè, les centaines de morts en 2005, les prisonniers politiques, l’incendie de l’Institut Goethe, les incendies criminels des grands marchés de Kara et de Lomé et bien d’autres encore, sont consécutifs aux compétitions électorales engagées sur fond de tensions et de contestations, et sans aucune garantie minimum de transparence.

Faire tenir des élections dans les conditions actuelles, revient à encourager une armée de répression et à cautionner des exactions et des tueries, et donc à faire courir au peuple togolais un grand danger.

Les Togolais sont dans la situation d’un peuple en danger, mais que vous refusez d’assister. Les Togolais refusent de croire que l’Etat de droit, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement soient un luxe des seuls pays occidentaux !

Il serait tout à fait inadmissible que les missions diplomatiques et consulaires de grandes démocraties occidentales accréditées au Togo, s’évertuent à faire accepter au peuple togolais l’inacceptable ; ce projet suicidaire et périlleux qui consiste à vouloir précipiter les Togolais dans un processus électoral, alors que la situation dramatique du Togo, en matière de violations des droits de l’homme et des libertés publiques par le régime en place est suffisamment connue de tous !

Le FCTD tient à rappeler, avec insistance d’ailleurs, à toute la communauté internationale, dont votre Chancellerie, que la situation fort délétère dans laquelle vit la majorité des Togolais, commande à avoir un langage franc, sincère et clair à l’endroit du pouvoir togolais.

L’Allemagne doit tenir compte des aspirations légitimes d’un peuple meurtri, spolié et atteint dans sa dignité par plus d’un demi-siècle de dictatures du père en fils. Pour le peuple togolais, aucune élection ne saurait être ni crédible, ni acceptable, si elle n’est pas précédée de réformes institutionnelles et constitutionnelles créant un cadre électoral rénové.

La devise de la République Fédérale d’Allemagne est « Unité-Droit-Liberté » et ses principes contenus dans sa Loi fondamentale du 23 mai 1949 sont : « la République, la Démocratie, l’État de droit, l’État social et le Fédéralisme ».

La même Loi fondamentale, dès son article premier(1), dispose de l’intangibilité de la dignité humaine, avant de soutenir à l’article 20(2) que tout pouvoir d’Etat émane du peuple, pour consacrer in finele droit de tout Allemand à la résistance en cas d’entrave, de mépris et de violation de ces principes et valeurs.

Mais quid du peuple togolais ? Peut-on organiser chez vous des élections locales, législatives ou présidentielles dans n’importe quelles conditions ? Ne faut-il pas des institutions justes et crédibles ? Et pourquoi OUI pour vous et NON pour nous ? Les citoyens européens et allemands ont-ils, en matière de droits humains, plus de droits et de dignité que les citoyens africains et togolais ? En somme, au nom de quelle éthique ce qui est inacceptable chez vous serait-il recommandé aux Africains ?

Ce sont autant de valeurs et de principes que les Togolais veulent défendre en s’érigeant contre la dictature et la mal-gouvernance. Et il doit avoir le soutien de tout esprit épris de justice, de paix et de liberté.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur l’Ambassadeur, en l’expression de notre considération distinguée.

Pour le Front Citoyen « Togo Debout »,

Professeur David Ekoué DOSSEH

(Footnotes)

1.Article 1 de la Constitution de la République Fédérale d’Allemagne :

« La dignité de l’être humain est intangible. Tous les pouvoirs publics ont l’obligation de la respecter et de la protéger. En conséquence, le peuple allemand reconnaît à l’être humain des droits inviolables et inaliénables comme fondement de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde. Les droits fondamentaux énoncés ci-après lient les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire à titre de droit directement applicable ».

2.Article 20 de la Constitution de la République Fédérale d’Allemagne :
« La République fédérale d’Allemagne est un État fédéral, démocratique et social. Tout pouvoir d’État émane du peuple. Le peuple l’exerce au moyen d’élections et de votations et par des organes spéciaux investis des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le pouvoir législatif est lié par l’ordre constitutionnel, les pouvoirs exécutif et judiciaire sont liés par la loi et le droit. Tous les Allemands ont le droit de résister à quiconque entreprendrait de renverser cet ordre, s’il n’y a pas d’autre remède possible ».
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Jean Kissi : « L’unicité d’action est nécessaire pour réaliser l’alternance en 2020 » Le parti de Me Agboyibo a affiché, hier devant les médias, son intention de rejoindre la Coalition des 14. Mais, il pose certaines conditions. [ 4/18/2019 ]
Arrestation de deux leaders du PNP : La C14 très remontée contre le pouvoir Deux responsables du Parti National Panafricain (PNP), Gueffé Nouridine et Kéziré, convoqués au Service de recherche et d'investigation (SRI) au lendemain des manifestations du 13 avril 2019, ont été déposés à la prison civile de Lomé. Ils sont accusés de « n’avoir pas tenu compte de l’avis de l’autorité sur les itinéraires des manifestations du 13 avril 2019 organisées par le PNP ».  [ 4/18/2019 ]
Nador Awuku : « Le CAR est à la CENI en son propre nom » Devant la presse hier mercredi à Lomé, les responsables du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) ont clarifié leur position par rapport à l'évolution de la situation politique du pays. [ 4/18/2019 ]
Mme Adjamagbo-Johnson : « Oui, l'alternance pacifique est encore possible 2020 » Ils sont nombreux ces Togolais qui, depuis le hold-up électoral du 20 décembre, affichent leur pessimiste quant à l’aboutissement de la lutte politique en 2020. Ce sentiment de désespoir s’est encore renforcé avec l’effritement de la Coalition des 14 partis politiques. [ 4/18/2019 ]
L’Assemblée nationale se dit prête pour les réformes politiques C’est officiel, la cellule qui va se charger de la mise en œuvre des réformes est enfin prête. La 6ème législature a procédé ce mardi à la mise en place du bureau de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale composée de 9 commissions permanentes. La présidente de l’Assemblée nationale promet un travail avec célérité afin de servir les concitoyens. [ 4/18/2019 ]
François Boko contre l'arrestation arbitraire des responsables et militants du PNP Même si le régime de Faure Gnassingbé oppose un refus catégorique à son retour au bercail, François Boko semble avoir son mot à dire sur l'arbitraire érigés en règle par le pouvoir de Lomé. [ 4/18/2019 ]
La C14 dénonce l'arrestation des responsables du PNP et appelle les autres partis à l'union Des responsables du Parti national panafricain (PNP), interpellés lundi dernier par le SRI, ont été déférés mardi à la prison civile de Lomé. Indignée par cette situation, la C14 dénonce une restriction des libertés de manifestation et appelle les autres partis de l'opposition à la rejoindre pour une unicité d'action face au régime de Faure Gnassingbé. [ 4/18/2019 ]
Me Yawovi Agboyigbo propose la rénovation de la C14 Les leaders du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) accordent leurs violons sur l'hypothèse selon laquelle : le salut de la lutte pour une alternance politique au Togo réside seulement dans l’unicité d’action de l'opposition. Dans la déclaration liminaire sanctionnant la conférence de presse tenue ce mercredi matin au siège du parti à Lomé, Me Yawovi Agboyigbo et ses collaborateurs sont revenus sur les motifs ayant conduit à la suspension de la participation du CAR aux activités de la Coalition. Ils ont soulevé quelques erreurs commises par la C14 dans son orientation politique et dans sa gestion, et formulé des propositions pour sa rénovation. Lecture ! [ 4/17/2019 ]
Pascal Edoh Agbove décline les avantages de la décentralisation pour les citoyens togolais Nombreux sont ces citoyens togolais qui ignorent les enjeux autour de la question liée à la décentralisation surtout à l’approche des élections locales qui s’annoncent à nouveau après celle de 1984. Pascal Edoh Agbové, Directeur Exécutif de l’ONG-IJD, Expert en Décentralisation et Gouvernance Locale, explique en détails les avantages liés au processus de décentralisation pour les citoyens togolais. [ 4/17/2019 ]
Pascal Adoko : « Si le balai n’a pas réussi à rendre la chambre propre, ce n’est pas la brindille qui fera la prouesse » Intervenant sur la radio Pyramide FM hier mardi, Pascal Adoko de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) a soutenu que le salut de la lutte pour une alternance politique au Togo réside seulement dans l'unité d'action de l'opposition. [ 4/17/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média