Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 7:31:38 AM Dimanche, 23 Septembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Djimon Oré propose une 'solution verticale' à Faure Gnssingbé


  [7/12/2018 9:26:54 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :7366 fois | 17 Commentaires
 

Togo  - Le député Djimon Oré a encore frappé. Intervenant mercredi dans l’émission « Point de vue » sur la radio Zéphyr, le président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD) a désapprouvé le dialogue inter-togolais considéré comme étant la seule voie pour une sortie de crise au Togo. Il propose une solution "verticale" au chef de l’État.




Pour ce député de l’Est-Mono qui considère le régime de Faure Gnassingbé et les leaders de la Coalition comme étant des « éléments de la Françafrique », le dialogue inter-togolais déclenché depuis le 19 Février dernier est très « partisan ». Par conséquent, il n’est pas la solution pour une sortie crise.

« D'ailleurs si le dialogue devrait régler le problème togolais, on ne serait pas au 27ème », a ironisé Djimon Oré.

Selon lui, ce qu’il faut, c’est une assise ou une conférence nationale où les forces vives de la nation vont poser les problèmes réels du Togo, les analyser froidement, proposer des approches de solution et mettre en place une Assemblée constituante. Et la CEDEAO doit être inscrite dans cette logique.

« Qu’on se mette ensemble, non pas pour faire des règlements de compte comme à la conférence nationale de 1991, mais pour poser les bases essentielles du Togo futur. Si la CEDEAO était une organisation sous régionale indépendante qui a son destin en main, elle doit taper du poing sur la table, recadrer les choses et amener le régime en place à ouvrir une assise nationale », a-t-il déclaré

L’ancien ministre de la Communication estime que le Togo est actuellement dans l’impasse et la responsabilité première de cette situation incombe au chef de l’Etat. Ainsi pour sortir d’affaire, le natif de Morétan propose-t-il à Faure Gnassingbé une « solution verticale ».

« Nous lui avons proposé la solution verticale, notamment la sagesse au sommet de l’Etat. Il se sacrifie pour l’intérêt général, en organisant une assise nationale en disant qu’il veut rentrer dans l’histoire à travers le monde entier. Là, il sort par la grande porte », a-t-il indiqué.

Djimon Oré pense que le régime et la Coalition des 14 ne peuvent pas tromper éternellement le peuple togolais, en optant pour un dialogue infructueux.

Godfrey Akpa
Source :


Publicité>


Commentaires


 17   Kpakpatrou | 7/14/2018 1:02:51 PM
  Réponse à 4-Oracle
 
Tout à fait. Le problème togolais c'est sa mauvaise gouvernance . Les Rwandais ne sont pas gênés par le nombre de mandats de Kagamé. Si Faure à son avènement avait fait de la gouvernance son cheval de bataille on n'en serait certainement pas là.
 

 16   sen | 7/14/2018 10:02:24 AM
Djimon oré, le Togo est déjà en train de chercher une solution. Il faut juste qu'une partie accepte de renoncer à une exigence radicale et nous sortirons tous grandis. Le reste n'est qu'écran de fumée.
 

 15   Beleyi | 7/13/2018 11:02:54 AM
Il represente une portion de sa préfecture, est-il est élu par la population de d'Atakpamé, de Kara, de Lomé ou de Sokodé? Il est élu à Badou.
 

 14   KOZAX | 7/13/2018 12:38:10 AM
Beaucoup de commentateurs de ce forum ne se manifestent que pour insulter ou critiquer sans tenir compte de ce que l'auteur d'un article ou d'une interview a exprimé. Ces personnes n'ont aucune idée ou opinion propres, peut-être parce qu'elles n'en sont pas capables, d'où leur recours 'à l'insulte.
Le peu que je connaisse de de M. Djimon Oré est qu'il était membre de l'UFC et qu'il a quitté ce parti pour créer son propre parti comme il est de coutume au Togo (un politicien, un parti). Ce que je considère comme réel dans ses propos, c'est que le pouvoir et les leaders de l'opposition sont effectivement des éléments de la Françafrique. Qu'il ait fait des recherches pour arriver à cette conclusion ou qu'il y soit arrivé par intuition, n'est pas important à ce stade, l'essentiel est qu'il a visé juste. D'autre part, si le recours au dialogue inter-togolais sous l'égide d'un facilitateur était la bonne solution, on n'en serait au 27ème, comme l'a si bien dit M. Djimon Oré.
Les discussions seraient plus intelligentes et fructueuses si les pourfendeurs de M. Djimon Oré lui demandaient de démontrer en quoi les partis de la coalition de l'opposition ou leurs leaders seraient des éléments de la Françafrique. Cela forcerait le leader du Front des Patriotes pour la Démocratie à préciser ses idées, ou entraînera d'autres individus plus au fait du fléau qu'est la Françafrique pour le développement de notre continent à intervenir pour éclairer la lanterne des uns et des autres. Cela ouvrirait les yeux à beaucoup de militants et sympathisants des partis de la C14 qui seront par conséquent plus vigilants pour recadrer leurs leaders quand ces derniers commencent à se fourvoyer.
La prise de conscience du fait que le régime RPT/UNIR régente le Togo pour le compte de la Françafrique (comme tous les pays africains d'ailleurs, y compris la Guinée d'Alpha Condé), cette prise de conscience donc, donnera une autre dimension à la lutte.
C'est parce qu'on ne semble pas savoir que le régime RPT/UNIR est le régent de la Françafrique au Togo qu'on perd son temps à dialoguer avec lui pour trouver une solution à la crise socio-politique qui mine notre pays. A moins qu'on le sache très bien, raison pour laquelle, peut-être, on parle d'une alternance à la tête de l'État (comprenez régence) pour faire perdurer la Françafrique.
Une fois qu'on aura compris qu'on ne peut pas être patriote togolais ou africain sans combattre la Françafrique, il sera plus facile pour ceux qui s'opposent au régime en place de le combattre plus efficacement, à commencer par démonter les partisans, souvent ignorants, du régime. Il faudra les forcer à expliquer au peuple en termes clairs, dépourvus d'invectives, en quoi le service rendu à la France sous le couvert de la Françafrique est bénéfique politiquement, économiquement et culturellement pour le Togo et pour l'Afrique.
Pour revenir aux propositions de M. Djimon Oré, je tiens à relever une certaine contradiction dont l'analyse l'amènera sans doute à réviser son idée. S'il est vrai que le régime RPT/UNIR et les leaders de la C14 sont des éléments de la Françafrique, et si on sait ce qu'est la Françafrique, comment peut-on envisager une "solution verticale" selon laquelle Faure Gnassingbe ferait preuve de sagesse au sommet de l'Etat, en se sacrifiant pour l'intérêt général, et en organisant une assise nationale? La régence de la Françafrique au Togo va-t-elle organiser une assise nationale incluant les autres éléments de la même Françafrique pour sonner son propre glas au Togo, ou bien une telle assise est-elle pensée comme devant servir à mieux organiser la gestion (l'exploitation) du Togo pour le compte de la Françafrique?
Au Togo et en Afrique, nous tournons toujours en rond devant les problèmes, parce nous ignorons ou feignons d'ignorer les racines de nos maux, et cherchons l'intervention de la communauté internationale pour nous soigner.
 

 13   Noé Kutuklui | 7/12/2018 11:54:43 PM
  Réponse à 14-Election
 
Moi aussi je suis d'accord qu'il ne faut pas insulter Mr Djimon.
-Faurevi n'a aucune légitimité: Il a massacré et fraudé
-Faurevi ne fera jamais de lui-même une conférence nationale:il préfère le dilatoire.15 ans de dilatoire, vous vous rendez compte!
 

 12   Election | 7/12/2018 9:11:18 PM
Arrêtez d'insulter Mr Djimon qui en tant qu'élu du peuple a plus de légitimité à faire des propositions que ces usurpateurs de c14 qui ont pris en otage le pays pendant un an.

Je ne partage pas la proposition de Mr Djimon sur la conférence nationale, mais cette proposition vaut mieux que le dialogue exclusif entre le pouvoir et un groupe de partis qui n'a aucune légitimité. Le HCRUNN a fait du bon travail que c14 est venu torpiller. Il faut aller aux élections.
 

 11   Asafo | 7/12/2018 6:11:09 PM
Député Oré, quand on partage les idées lumineuses que ses concitoyens émettent , il faut prendre la peine de les citer. On ne vient surtout pas et pompeusement réciter ces idées et en même temps, s'en prévaloir la gestation.
Ceci dit, vous venez de répéter une partie des propositions que nous ne cessons de faire.
Cette piste reste l'alternative, du moment où notre population est ophéline d'un leadership organisé, comme aime le dire K. Kpogli, pour bouter dehors, un système bordélique de domination.
 

 10   Hilo | 7/12/2018 5:08:49 PM
  Réponse à 8-john
 
Ici c est le combat des idées ce n est pas injures mon frère John. Ne viens pas exposer son incapacité ici soit un peu intelligent. Djimon ORE a vole quoi? Si tu as quelque chose avec lui viens l affronter avec tes idées. Il n a que faire une proposition, toi tu as quelle proposition a faire ou bien des injures, ça c est de l incapacité. Les élections c est pour bientôt et on verra s il va partir ou pas. Le travail c est sur le terrain vous pouvez distribuer des milliards, du cube, des t-shirts et autres comme vous avez l habitude de la faire, il sera encore députe et tu n auras que tes gros yeux pour pleurer. Toi tu es un incapable total et imbécile a la fois. Vous qui n avez pas un objectif précis et courrez derrière des primes allez voir ailleurs
 

 9   niko | 7/12/2018 5:04:45 PM
escrot.
 

 8   Le Patriote Guevara | 7/12/2018 4:58:55 PM
Pourquoi invite-t-on ce gars sur les media?
Moi je ne lis même pas ses déclarations. Le tire seul me suffit pour dire que ce monsieur est devenu député par accident et doit se cacher et gagner tranquillement son salaire.
 

 7   john | 7/12/2018 2:39:53 PM
Djimon le voleur de l est mono
doit se taire estce la conference nationale passee
a pu trouve une solution au tps d eyadema?
c est le debut de nos probleme car C92 n a jamis ete respecte
il se croit le plus intelligent de tous les togolais ?
il sera decu de son poste de depute very soon
imbecille
 

 6   1234 | 7/12/2018 1:30:35 PM
Que ce nain nous laisse tranquille avec des propositions fantaisistes. Noua avons marre de ces tares qui se font passes pour des donneurs de lecon. Nous avons vecu 52 ans sous une meme famille et nous voulons qu'une autre equipe puisses prendre les aspirations profondes et avance le pays sous une autre direction avec des elections locales et un development a la base avec des elus qui ont un contact direct avec les populations et non des militaires nommes un peu partout pour intimide et reprime la population qui ne veut que des dirigeants qui comprennent leur problemes et Djimon vient nous parle d'une solution verticale. Est-ce-que c'est une solution horizontale qui est propose en limitant le nombre de mandats et les elections a 2 tours avec la fameuse phrase "en aucun cas....".
 

 5   Afi | 7/12/2018 12:23:15 PM
Faure ne partira pas parce que som papa lui a dit de ne jaimais laisser le pouvoir. De toutes les façons je sais que cela va tirer.
 

 4   issifou | 7/12/2018 12:13:51 PM
Quelle est la différence entre le dialogue inclusif proposé par Faure et la conférence nationale que préconise Djimon? Le problème des togolais c'est le manque de confiance entre eux et surtout dans toute la classe politique. Il faut tout simplement améliorer les conditions du vivre ensemble harmonieux en instaurant une vraie politique de justice sociale dans tous les domaines. Une alternance conflictuelle telle qu'elle se dessine par le dialogue entre la C14 et la mouvance présidentielle va constituer un autre point de départ d'une instabilité politique permanente du pays.
 

 3   Oracle | 7/12/2018 11:53:07 AM
Le pouvoir en place ne veut pas partir et toi tu parles d'assises, ta proposition arrange encore le parti au pouvoir, l'assise n'est elle pas en une forme de dialogue, assise=dialogue; pour moi c'est qu'il faut mettre le regime dans l'impasse et aussi n'oubliez pas que le problème n'est pas forcement le départ de Faure, car Faure peut partir mais Unir peut continuer son bout de chemin voyez cela aussi et dans ce cas il ya alternance, et si vous interviewer à nouveau Macron que Unir est tjrs au pouvoir il vous dira qu'il y a alternance puisque Faure n'est plus au pouvoir , pour moi le problème togolais concerne plus la bonne gouvernance.
 

 2   Diaz Tokoin | 7/12/2018 11:47:37 AM
  Réponse à 1-cosiginger
 
Ce monsieur a travaillé avec ce régime si on se souvient bien...pourquoi certaines personnent pensent que les gens sont aussi CON et aussi Bêtes comme eux...

Tout ça pour nous parler de ça comme solution "verticale"??? et ça se dit député??? il y a d'autres moyens quand on est député on l'est pour tous les togolais et pas que pour son parti et son mandat ne doit pas être "impératif" mr Oré Djimon la balle se trouve dans la camp des "députés mouton du RPT/NUIR" qui peuvent changer la donne dès demain s'ils le souhaitent (une vision, un avenir et un bien-être pour tous les togolais)

Pour ta gouverne, le RPT/NUIR n'a besoin de personne ni même de toi pour changer à eux seuls toute la donne, comme ils l'ont fait en 2002 en dotant le togo de "leur constitution" à eux dans un coin de table sans l'avis des autres togolais et des autres partis politiques...sur laquelle ils croient et se basent pour tous les forfaits (crimes, mensonges, abus et fraudes)

Mr Oré Djimon, tu viens de rater une belle occasion de la fermer

Faites passer le message, Diaz Tokoin
 

 1   cosiginger | 7/12/2018 11:20:39 AM
Pure betise
 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Chronique de Kodjo Epou : La Marche à Reculons Une nation fait des choix. Être en harmonie avec elle-même pour s’émanciper en tant qu’entité liée par le même destin ou alors, avoir en permanence à gérer des histoires qui la divisent et l’appauvrissent. Entre les deux, notre pays a choisi les histoires dont certaines, à l’instar des scrutins annoncés pour décembre, sont simplement idiotes, à l’encontre du bon sens. N’est-ce pas qu’au Togo on avance à reculons, sans voir le précipice? [ 9/22/2018 ]
Locales, référendum… puis législatives: Vive le forcing NO LIMIT ! La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) projette l’organisation couplée, le 16 novembre prochain, des élections locales et du référendum. L’annonce a été faite mardi, après une réunion de travail avec les partis politiques, à son siège à Lomé. Un nouvel élément qui vient donc s’ajouter à la problématique dejà latente de la volonté unilatérale du pouvoir de Lomé d’organiser coûte que coûte les législatives, le 20 décembre 2018, malgré les lourds désaccords de la coalition des 14 partis de l’opposition, l’autre protagoniste de la crise ouverte depuis le 19 août 2017.  [ 9/22/2018 ]
Crise togolaise : La CEDEAO a-t-elle encore une marge de manœuvre pour ramener les deux protagonistes à la raison ? « La Coalition des 14 ne croit toujours pas aux travaux de la CENI et s’en remet aux Facilitateurs. Mais en conseil des ministres jeudi à Lomé, les propositions du recensement électoral faites par la CENI ont été validées par le gouvernement togolais. Devant une telle situation, les Facilitateurs disposent-ils encore une marge de manœuvre pour ramener les deux protagonistes de la crise à la raison? ». Voilà la question ayant meublé le débat dans l’émission « Audit Actu » sur la radio Victoire Fm vendredi matin. Selon bon nombre des intervenants, c'est au peuple togolais de prendre ses responsabilités. Suivez plutôt!  [ 9/22/2018 ]
Dr Georges William Kouessan : « Aujourd’hui, la CENI avance comme si de rien n’était » En meeting d'information et de sensibilisation de la population d'Adikopé mercredi dernier, Dr Georges William Kouessan, président du parti "Santé du Peuple" a beaucoup insisté sur la nécessité des réformes avant la tenue d'une quelconque élection au Togo. Selon, Kodjona Kandaga et sa CENI sont en train de piétiner la feuille de route de la CEDEAO. [ 9/22/2018 ]
CENI : Des élections à hauts risques ! Malgré les appels de la Coalition des 14 partis de l’opposition, de la société civile et autres observateurs de la vie politique togolaise pour la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales (avant bien sûr les élections) et la recomposition de la CENI, le régime de Faure Gnassingbé fonce droit dans le mur avec cette institution décriée par tous. Au RPT/UNIR, on ne jure que par les élections. C’est à croire que ce sont ces consultations, organisées dans des conditions actuelles, qui sauveront le Togo et le peuple togolais. Ces élections sont devenues le messie que prient tous les jours Faure Gnassingbé et son régime, au point de sembler répondre à toutes les inquiétudes (liées au lendemain de ces consultations) par « les élections soient avec vous ! » (allusion faite à une salutation des prêtres au début d’une messe catholique). Tout ceci, sans mesurer la poudrière que constitue tout ce que fait la CENI, peinte par Gilbert Bawara comme un « train qui est déjà parti ».  [ 9/23/2018 ]
Robert Yao Daté : « Le gouvernement est en train de chosifier la CENI » Dans une interview accordée à la radio La Voix de Danyi, Robert Daté, ancien rapporteur de la CENI désapprouve le fonctionnement de la CENI actuelle. Selon lui, le gouvernement togolais est en train de chosifier cette institution en charge de l'organisation et de la supervision des élections au Togo. Suivez plutôt! [ 9/22/2018 ]
Les soutiens de Habia s’enchaînent devant l’ambassade du Ghana Le président du parti Les Démocrates, Nicodème Habia a entamé depuis mercredi dernier, une grève de la faim devant l’ambassade du Ghana au Togo. Il s’agit pour ce dernier de protester contre l’entêtement du régime de Faure Gnassingbé à libérer les prisonniers politiques et ceux de la société civile. Il s’agit également pour M. Habia d’exiger la mise en œuvre des recommandations contenues dans la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie pacifique et durable de la crise politique au Togo.  [ 9/22/2018 ]
FTCD : Un an d’activités d’éveil des consciences Le Front Citoyen Togo Debout fête son premier anniversaire. Occasion pour ce mouvement regroupant plusieurs organisations de la société civile de faire un rétrospection et de se projeter vers l’avenir, surtout avec pour mission l’avènement de la démocratie, de l’Etat de droit et une alternance à la tête du Togo. Voici le communiqué dans le cadre cet anniversaire.  [ 9/22/2018 ]
Crise politique/La facilitation en difficulté : Condé manœuvre pour sauver Faure Depuis le problème de la question de la feuille de route, les deux facilitateurs Nana Akufo-Addo et Alpha Condé n’arrivent pas à accorder leur violon sur les modalités de son application. Alors qu’il a été annoncé à plusieurs reprises que les deux présidents doivent se rendre à Lomé pour clarifier aux acteurs les différents points de la feuille de roule, le Guinéen préfère jouer à la montre. Selon des sources concordantes, il serait de connivence avec le pouvoir de Lomé pour torpiller la médiation de son homologue ghanéen qui ne semble pas être favorable au régime cinquantenaire.  [ 9/22/2018 ]
Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO : Les discussions reprennent dimanche prochain à Lomé La deuxième réunion du Comité de suivi et de mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO aura lieu dimanche, 23 septembre prochain à Lomé.  [ 9/21/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .