4:36:26 PM Samedi, 16 Février 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Crise togolaise : La pression de la Coalition sur la CEDEAO


  [7/12/2018 11:41:47 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :5679 fois | Commenter
 

Togo  - Depuis la fin des travaux du 4em round des discussions politiques à Lomé, les leaders de la Coalition des 14, au cours de leurs différentes sorties diplomatiques et médiatiques, ne ratent plus l’occasion d’appeler le peuple togolais à la vigilance, à la mobilisation et à la résistance. Mettant ainsi la pression sur les Chefs d’États de la sous-région qui, en fin juillet, formuleront un certain nombre de recommandations pour une sortie de crise pacifique au Togo.




Ce n’est un secret pour personne. Les responsables de la Coalition sont actuellement sur le qui-vive. Ils ne veulent plus commettre l’erreur de 2005 qui a permis au Prince de la Marine d’accéder au pouvoir dans un bain de sang. Ils sont sur leur garde, prêts à répondre à toute manœuvre de la part de la Communauté internationale pouvant permettre à Faure Gnassingbé de rester encore au pouvoir après 2020.

Rien qu’à entendre leurs dernières déclarations sur les médias, l’on sent qu’ils ne se laisseront pas faire s’il advient que la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) propose, le 31 juillet prochain, des solutions « incompatibles » aux aspirations du peuple togolais.

« Le peuple togolais se dressera, la Coalition se dressera, on s’opposera à toutes solutions qui ne répondent pas aux préoccupations des Togolais. C’est aussi simple que ça », a lâché Nathaniel Olympio sur les ondes de Victoire Fm hier.

Aujourd’hui, toute la Coalition des 14, soutenue par le peuple togolais, est vent debout contre un éventuel 4em mandat de Faure Gnassingbé à la tête de l’Etat. Et selon Jean-Pierre Fabre, dans une récente interview accordée à la Chaîne AFRICA24, la course effrénée du chef de l’Etat de briguer un mandat de plus en 2020 est « très suspecte ».

« Il n’est pas pour nous compréhensible que le chef de l’Etat recherche malgré tout son refus d’exécuter l’Accord Politique Global signé sous l’égide de la Communauté internationale, il n’est pas possible qu’après toutes fraudes électorales, les violences auxquelles son régime s’est livré depuis plusieurs années, le chef de l’Etat recherche encore à être candidat pour un quatrième mandat, et donc la position de la Coalition des 14, c’est qu’il est impossible qu’il soit candidat de nouveau, parce que c’est une candidature qui amène la violence et son insistance surtout à être candidat est très suspect », a affirmé le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, parti membre de la Coalition).

En ce qui concerne la médiation de la CEDEAO pour une solution de sortie de crise au Togo, c’est dans les colonnes du journal Le Correcteur que le chef de file de l’opposition a été on ne peut plus clair vis-à-vis des Chefs d’Etats de la CEDEAO qui oseraient encourager la candidature de Faure Gnassingbé en 2020.

« Faure ne doit plus briguer un 4em mandat. Le lobbying forcené et le ‘vibrionnisme’ diplomatique auxquels se livre le chef de l’Etat togolais ces derniers temps pour polir son image est un peu tardif. La CEDEAO ferait preuve d’une insoutenable légèreté aujourd’hui, si elle proposait, encore une fois, après ce drame, que Faure Gnassingbé soit admis à se présenter pour un 4em mandat, contre la volonté de la majorité des Togolais », a averti Jean-Pierre Fabre.

Certains membres de la Coalition s’affichent encore plus méfiants vis-à-vis de la CEDEAO. Intervenant mardi sur la radio Zéphyr, Dr François Kampatib, député de l’Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI) a vivement déploré le fait que des Togolais pensent que la solution de la crise viendrait de l’extérieur.

« Les Togolais ne devraient pas compter, ni sur la CEDEAO, ni sur la France, ni sur les Etats Unis pour résoudre leur crise. C’est une crise togolo-togolaise. Il nous appartient de la résoudre », a-t-il laissé entendre.

Il faut dire que ces échantillons de déclarations des responsables de la Coalition des 14 montrent à suffisance que le 31 juillet prochain, l’opposition n’acceptera aucune proposition de sortie de crise qui ira à l’encontre des revendications des Togolais, épris de justice et d’alternance au sommet de l’Etat.

Le 27 juin dernier, à l'ouverture des discussions politiques à l'hôtel 2 Février, le Facilitateur guinéen, le président Alpha Condé, déclarait : « Nous ne devons pas être un syndicat de chefs d’Etat complaisants. Nous devons nous parler franchement en ayant comme intérêt, l’intérêt du peuple africain. Nous ne sommes pas venus au Togo pour être solidaire de tel ou tel. Nous ne voulons pas donner de leçon. Notre objectif est d’accompagner la classe politique togolaise, le parti au pouvoir comme l’opposition à s’en trouver une solution pacifique pour le bonheur du peuple Togolais. Il est important que le pays soit en paix ».

Espérons que ces propos du président guinéen seront traduits dans la réalité.

Godfrey Akpa





Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Ouro-Akpo Tchagnao désavoue le PND du régime RPT-UNIR Vendredi, l'ex-député Ouro-Akpo Tchagnao de l'Alliance Nationale pour Changement (ANC) a été l'invité reçu dans l'émission "Audi-Actu" sur la radio Victoire FM. [ 2/16/2019 ]
Didier Améla à la C14 : « Si on n’a pas de bonnes armes, il vaut mieux négocier avec le régime » Ces derniers temps, on le voyait rarement. L’homme a presque disparu sur la scène politique togolaise. Sa dernière sortie remonte en mai 2018, lors de la création de son fameux « Groupe des républicains et écologistes du Togo (GRET) ». Didier Améla, puisque c’est de lui qu'il s'agit, dans une interview accordée au confrère « Interfax-Press », accuse la Coalition des 14 partis de l'opposition pour avoir boycotté les législatives controversées du 20 décembre dernier. [ 2/16/2019 ]
Alternance ou conservation du pouvoir : Les scenarii possibles en 2020 Définitivement les élections législatives du 20 Décembre 2018 appartiennent à l’histoire. Aujourd’hui, la fixation est faite sur la présidentielle de 2020. D’ailleurs, le débat est ouvert depuis 2017 sur la candidature ou non de l’actuel président Faure Gnassingbé à la fin de son 3e mandat en 2020. Une réelle polémique qui constitue la trame des discussions sur les réformes constitutionnelles et surtout sur l’intransigeance de certains acteurs politiques de l’opposition quant au retour de l’article 59 de la constitution dans sa version originelle. En attendant que la situation ne soit tranchée, voici quelques scenarii possibles en 2020.  [ 2/16/2019 ]
L’ONU appelle au calme après des violences mortelles survenues à Tambacounda Le Représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, a condamné les violences survenues lundi à Tambacounda, à l’est du Sénégal, dans le cadre de la campagne électorale pour le scrutin présidentiel du 24 février. [ 2/15/2019 ]
Politique générale: le nouveau Premier ministre devant les députés lundi La 2ème session spéciale de l’Assemblée nationale se déroule du 13 au 18 février prochain. A l’occasion, le premier ministre présentera le lundi 18 février, sa politique générale au parlement. [ 2/16/2019 ]
Elections législatives : Fin de mandat du prof Kodjona Kadanga et de son équipe Les élections législatives du 20 décembre appartiennent à l’histoire, même l’Assemblée nationale qui en est issue continue de susciter de l’indignation au sein de la classe politique, notamment celle réunie dans la Coalition des 14 partis de l’opposition et dans l’opinion.  [ 2/15/2019 ]
Nicolas Lawson: '2020 je serai là, je serai au rendez-vous' Nicolas Lawson, président du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), a été l'invité dans l'émission 'Taxi-Presse' sur la radio Taxi FM ce jeudi. [ 2/15/2019 ]
Les Togolais se prononcent sur la délocalisation du conseil des ministres à Tabligbo Ce n'est un secret pour personne. Mercredi, le gouvernement togolais a délocalisé son troisième conseil des ministres dans la préfecture du Yoto, plus précisément à Tabligbo. Intervenant jeudi sur les ondes de la radio Victoire Fm, dans l'émission Audi-Actu, des Togolais ont réagi sur le sujet. [ 2/15/2019 ]
Lutte contre le chômage des jeunes et la pauvreté dans l’espace UEMOA: le Mali fait une progression de plus de 10 points sur l’ensemble des trois domaines de concentration Le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keita a reçu en audience en début de soirée du jeudi 14 février 2019, Monsieur Abdallah Boureima, Président de la Commission de l’UEMOA. Il séjourne à Bamako dans le cadre de la 4è édition de la revue politique concernant la mise en œuvre des réformes politiques, projets et programmes communautaires au Mali. [ 2/15/2019 ]
Corruption : La CDPA encourage la HAPLUCIA à trouver les auteurs des malversations des fonds des CAN 2013 et 2017 et de la route Lomé-Vogan-Anfoin La Haute autorité de protection et de la lutte contre la corruption et des infractions assimilées (HAPLUCIA) a annoncé l'étude des dossiers relatifs à la dilapidation des fonds des CAN 2013 et 2017 ainsi que la réhabilitation de la route Lomé-Vogan-Anfoin. La Convention démocratique des peuples africains (CDPA) prend acte de l'annonce et encourage cette institution à trouver les vrais auteurs de ces malversations. Lire le communiqué de la CDPA ! [ 2/15/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .