8:52:51 AM Vendredi, 19 Juillet 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Dr Antoine Randolph appelle les Togolais à rééditer l'exploit du 20 décembre


  [6/19/2019 7:23:55 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :1903 fois | 15 Commentaires
 

Togo  - Les Togolais avaient, dans leur majorité, boycotté les élections législatives du 20 décembre 2018. Un exploit, selon l'opposition réunie au sein de la Coalition des 14 et des observateurs, notamment Dr Ati Antoine Randolph. A l'en croire, l'intérêt supérieur de notre peuple doit être toujours au- dessus de nos intérêts personnels ou particuliers. Lisez plutôt son analyse !




REITERER L’EXPLOIT DU 20 DECEMBRE POUR FAIRE AVANCER LA LUTTE !

« Personne ne se libère seul, personne ne libère autrui, les hommes se libèrent ensemble ».
(In pédagogie des opprimés) Paolo Freire
Par Dr Ati Antoine Randolph

Chers Compatriotes !

Vaillant peuple Togolais ! Ton heure de gloire arrive à condition de prendre les choses en main !

A moins de deux semaines des élections locales ou municipales, il m’a paru opportun et très urgent de vous adresser ce message essentiellement politique afin d’interpeller la conscience de tout un chacun sur la poursuite de notre lutte de libération nationale.

Notre lutte n’est pas une soirée de gala au cours de laquelle des gens s’amusent, improvisent et font ce qui leur plaît. Elle n’est pas non plus une simple lutte pour éliminer un individu pourri et immoral. C’est une lutte difficile, complexe et grandiose qui a deux grands objectifs. Tout d’abord, se débarrasser du système politique, démoniaque, corrompu, prédateur et anachronique qui opprime, persécute notre peuple et qui détruit notre pays. Ensuite, reconstruire notre pays, dévasté par cette dictature néocoloniale, selon notre vision collective et futuriste portée par un projet de société commun, un programme commun et ambitieux. En effet, si notre pays fut une colonie « modèle » il pourrait devenir aussi, dans un futur lointain, un pays modèle et exemplaire dont pourraient s’inspirer d’autres peuples. Les Suisses, par exemple, pourraient rêver de faire de leur pays le « Togo « de l’Europe ! La roue cosmique ne tourne-t-elle pas ? Notre pays, n’est-il pas « l’Or de l’humanité « ? Nos Aïeux ne nous l’ont-ils pas révélé dans notre hymne national ? N’est-ce pas notre destin ? Pour cela le chemin est encore long, pour cela nous devons d’abord nous occuper des problèmes du présent et être dans le présent : comment abattre cette dictature néocoloniale et satanique ?!

1° Le chant des sirènes est réputé égarer les gens qui l’écoutent !

Au fur et à mesure que les jours s’égrènent et nous rapprochent des échéances électorales, la pression pour amener le peuple aux urnes se fait de plus en plus grande, de plus en plus énorme. La classe politique « pro-locales » est en effervescence et divers acteurs éminents entrent en scène. Le groupe des 5 dont la France qui est représentée au Togo par son ambassadeur Marc Vizy : celui-ci a donné le ton. Il s’est pris pour le vizir du Togo pour s’immiscer dans nos affaires intérieures. La banque mondiale est en collusion avec la dictature, en campagne électorale, pour participer à la corruption d’une partie du peuple. La CEDEAO se frotte déjà les mains… Et certains chefs d’Etat de cette institution censée régler nos problèmes pensent déjà à comment usurper un troisième mandat dans leurs pays respectifs. C’est à croire que notre pays est un laboratoire d’expérimentation ! Au plan national, l’ambiance frôle la frénésie et est souvent burlesque. Les médias y participent. Les déclarations d’intention de participer aux locales se sont succédées ainsi que les encouragements d’aller prendre les cartes électorales. C’est à croire que l’ »opposition », prise de vertige, est tombée sur la tête ! Peut-on être aussi illusionné de croire que ce que les législatives n’ont pu résoudre que les « locales » pourraient le faire ? La campagne électorale est officiellement ouverte le vendredi 14 juin. On crie déjà à la partialité de la cour suprême. La coordinatrice de la C14 - réduite à C7 - appelle le peuple à aller voter alors qu’elle sait pertinemment que – je la cite - « les conditions dans lesquelles se dérouleront les municipales sont loin d’être rassurantes quant à leur crédibilité ». A quoi joue-t-elle ?! Heureusement que quelques partis politiques et mouvements de la société civile ont refusé de participer à cette mascarade électorale. Qu’ils trouvent ici mon profond respect et mes vifs remerciements pour le choix qu’ils ont fait!

L’entrée en scène de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro est une sorte de mystification du peuple, invitant celui-ci à prendre les cartes électorales et à participer aux élections locales et présidentielle alors que les réformes ne sont pas faites et, de toute façon, compte tenu de la nature du régime, elles ne seront pas consensuelles comme la constitution votée par l’assemblée monocolore qui est une insulte à la raison humaine. Même si son entrée a été bien accueillie par un grand nombre de Togolais elle demeure cependant déconcertante et démobilisatrice car l’appel de Mgr Kpodrzo à voter va à l’encontre des principes sacro-saints de la (notre) lutte non violente : désobéissance civile, non coopération et insoumission généralisée ! Cette entrée est donc néfaste à notre lutte !

Elle a seulement pour mérite d’avoir corroboré le dysfonctionnement interne et comportemental et les soupçons de corruption de la C14 que les plus avisés d’entre nous avaient déjà révélés. Au lieu de se réunir en conclave en février 2019, c’eût été plus décent si la coalition des 14 partis politiques s’était livrée plus tôt à un exercice démocratique devant le peuple pour lui rendre fidèlement compte de sa gestion de la crise sociopolitique et du dialogue et lui faire son autocritique. Dans son rapport de synthèse élaboré lors de sa rencontre avec les acteurs politiques de l’opposition et ceux de la société civile, le constat de l’archevêque émérite s’était arrêté là. Il a ensuite recommandé, avec une certaine dose de confiance voire de certitude, les élections locales et l’élection présidentielle de 2020. Et pour celle-ci, il faudrait un projet commun de société et un candidat unique de l’opposition adoubé par l’archevêque émérite lui-même.

Je voudrais faire quelques observations sur ce rapport de synthèse.

a) Mgr Kpodzro n’a pas voulu aller trop loin dans son investigation. Sinon il aurait facilement pu mettre en évidence et révéler la trahison de la C14. La C14 a bel et bien trahi le peuple togolais et sa lutte qu’il mène, par exemple, en abandonnant unilatéralement l’exigence de la démission de Faure Gnassingbé pour laquelle elle avait été mandatée pour adopter la stratégie de la dictature c’est-à-dire la sortie de crise par la voie électorale si chère au président français, monsieur Emmanuel Macron. J’avais écrit dès le mois de mars 2018, compte tenu de toutes les trahisons qui ont jalonné notre lutte depuis plus de 52 ans : « A des moments différents la trahison a des visages différents et pour des objectifs différents elle se manifeste de manière différente ».

b) L’entrée en scène de Mgr Kpodzro, personnage de grande notoriété, n’est pas anodine. Avec lui et par lui, le chant de la sirène a atteint son volume maximum pour forcer l’adhésion du peuple à participer aux élections municipales. Mgr Kpodzro a insisté lourdement sur ses fonctions politiques passées – président de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) et président du Haut Conseil de la République – tout en étant « homme de dieu » et non « opposant ». Un homme de Dieu – comme MGR Kpodzro se définit lui-même -, lorsqu’il arpente le terrain politique peut se tromper et, souvent, se trompe lourdement ! Voyons donc ce qui s’est passé lorsque Mgr Kpodzro assumait la présidence de la CNS. De source sûre, lors de l’élection du premier ministre par les « honorables « délégués , c’était Gnininvi Léopold et non Koffigoh Joseph qui était arrivé en tête au 1er tour. Le général Gnassingbe Eyadéma en fut informé. Le résultat fut modifié en faveur du second et accepté par le bureau de la CNS présidée par Mgr Kpodzro.. Or, Koffigoh mangeait déjà dans la gamelle du RPT. Ce parti l’avait déjà soutenu au premier tour….L’ambassadeur de France, Bruno Delaye, était omniprésent dans les couloirs de la grande salle où siégeaient les délégués. Il n’arrêtait pas de sonder leurs intentions et répétait à certains d’entre eux à peu près ceci : « il ne faut pas aller trop loin, il ne faut pas destituer le président sinon cela ferait tache d’huile ; si le président arrivait à dégainer le premier, la France volerait au secours de la jeune démocratie ! » Ce fut ainsi que certains délégués inventèrent la théorie du « vide politique » pour empêcher la destitution de Gnassingbé Eyadéma. La motion de destitution élaborée par un petit groupe de délégués reçut l’hostilité du bureau de la CNS. Cette motion de destitution, mise difficilement au vote, fut rejetée !

c) L’élargissement de la C14 à la société civile. Certes, Mgr Kpodzro , évoquant « l’union fait la force », a raison. Mais cette affirmation qui sonne juste n’est pas absolue, c’est ce que nous avons vu dans la C14. L’union d’éléments disparates aux intérêts différents est source de chaos comme peuvent le témoigner la C14 – actuellement réduite à C7, et le forum citoyen organisé par le Mouvement des forces vives « Espérance pour le Togo », les 15 et 16 mars, pour fédérer les énergies et les stratégies. Le résultat de ce forum n’a pas fait long feu devant les ambitions et les intentions de participer ou non aux élections locales affichées par les mouvements et partis politiques et les nombreuses organisations de la société civile. Et ceux qui ont opté pour ces » locales » y vont en rangs dispersés. Qu’ils sont divergents les chemins de convergence ! Il y avait trois groupes dans la C14 : Le groupe des « losers » c’est-à-dire des perdants. Ils ont une psychologie de perdant et élaborent toujours des stratégies de perdant. Le groupe des traitres « professionnels ». Ces deux groupes empêchaient et neutralisaient le dernier groupe des partis déterminés à aller de l’avant. Si nous voulons réellement la victoire le ménage devra être fait. Il nous faudrait construire sur une base solide la résistance populaire avec le peuple et toutes les forces démocratiques y compris la diaspora qui veulent réellement, qui veulent vraiment une alternative démocratique et doter la lutte d’une nouvelle direction, donc recomposer la direction.

d) Candidat unique ou plutôt candidat commun ? Pour nous, il s’agit d’une véritable alternative démocratique et non d’une simple alternance politique. Cette hypothèse est seulement envisagée si la résistance populaire n’est pas arrivée à déboulonner le système dictatorial. Si oui, il n’y aura pas « 2020 «, il y aura une période transitoire que clôtureront des élections transparentes, propres, démocratiques et libres ! Si ce n’est pas le cas, qu’il y ait candidat unique ou non, ce ne sera pas un problème car battre Faure Gnassingbé est plus facile que d’organiser une marche de contestation. Même un avorton pourrait le battre ! Le problème est de savoir comment prendre le pouvoir car, sous les Gnassingbé, le « perdant » a toujours été déclaré « gagnant ». La contre-vérité des urnes marche trop bien au Togo ! Il faudrait alors réviser le fichier électoral, obtenir des réformes consensuelles, le changement de comportement des alliés étrangers du régime. Nous devrions éviter de tomber dans le cas de la République démocratique du Congo.


e) Le Togo est un pays multiconfessionnel et Laïc. Aucune religion ne peut s’arroger le droit d’adouber un candidat fût-il unique ou commun et d’orienter notre lutte d’une manière ou d’une autre.

f) La course effrénée vers la légitimation du pouvoir. Toute dictature de par sa nature même est illégitime. Aussi est-elle toujours à la recherche de sa légitimité ! Les événements qui se succèdent depuis le 19 août 2017 ont de plus en plus approfondi et aggravé la crise chronique de légitimité dont souffre affreusement la dictature néocoloniale et démoniaque RPT/UNIR des Gnassingbé. Le boycott massif des législatives du 20 décembre l’a rendue encore plus apparente. La communauté internationale et la CEDEAO qui feignaient de ne pas voir et de ne pas prendre en compte la triste réalité existentielle du peuple togolais ont assisté à la défaite psychologique et historique de leur poulain. Seuls 3% de Togolais soutiennent encore plus ou moins cette dictature. L’alinéa 3 de l’article 21 de la Charte de la déclaration universelle des droits de l’homme ratifiée par le Togo stipule que : » la volonté des peuples est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics, cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes… « Par son boycott massif, le peuple a désavoué Faure Gnassingbé !
La dictature et ses alliés intérieurs et extérieurs, craignant un nouveau boycott, un raz de marée d’abstentionnistes, ont mobilisé d’énormes ressources nécessaires pour organiser un rush électoral afin de légitimer ce système politique corrompu et vomi par le peuple. Peuple ! La pression est énorme sur toi, mais n’écoute pas le chant des sirènes qui risque de t’égarer sur le chemin de la lutte ou de ralentir tes pas !

2°Pourquoi ne pas participer aux élections municipales dans les conditions de la dictature ?

a) Mascarade électorale. Les mouvements et partis politiques qui ont refusé leur participation aux élections locales ont déjà donné beaucoup d’arguments solides, valables pour justifier leur refus. Il y a parmi ceux-ci des raisons techniques et objectives tels que le découpage arbitraire et la multiplicité des communes juste pour favoriser le régime, la non fiabilité du fichier électoral, l’absence de réformes institutionnelles et électorales. Il y a aussi le cafouillage organisé : certaines têtes de liste ne savent pas encore où elles iront voter. Donc, la vérité des urnes ne sera une fois encore pas dite. Ce sera plutôt des « élections-nominations », le partage négocié des communes. La dictature fera tout pour neutraliser et rendre inefficaces les futurs maires de l’opposition.

b) Incohérence. Pour les législatives du 20 décembre, le peuple avait largement suivi le mot d’ordre « pas d’élections sans réformes «. Il remporta une grande victoire sur la dictature en lui infligeant, par son boycott massif, une défaite psychologique historique ! Depuis cette date, rien n’a changé et la nature du régime non plus. Alors, participer maintenant aux « locales » doit être considéré comme un recul, une démarche incohérente par rapport à l’affirmation de la volonté du peuple lors des législatives.


c) Légitimation du pouvoir. Cette démarche orchestrée par les forces qui s’opposent à la libération du peuple n’a pour but que de légitimer Faure Gnassingbé et son régime en allant aux municipales. Cela reviendrait à normaliser la situation sociopolitique ébranlée par l’insurrection populaire du 19 août ! Ce serait un grand recul de notre lutte !

d) Négation de la lutte et de ses sacrifices « Un pas en avant, deux pas en arrière », comment pourrions-nous nous libérer de cette façon ? Comment pourrions-nous exécuter le mandat céleste de débarrasser la Terre de nos Aïeux de cette dictature dans ces conditions? Nous sommes, nous aussi, un peuple de Dieu, donc des enfants de Dieu créés à son image et libres ! Comment pourrions-nous accepter la confiscation de notre liberté et notre mise en esclavage ? Comment pourrions-nous supporter tous les traitements cruels, inhumains et dégradants que nous subissons, la maladie, la faim, la misère alors que notre pays a d’énormes potentialités de richesses. Comment pourrions-nous répondre oui à un régime qui nous appelle à voter alors qu’il refuse nos marches pacifiques ou lorsqu’il les accepte c’est pour nous bastonner, nous gazer, nous rendre infirmes, nous jeter en prison, nous tuer, tuer nos enfants, terroriser des nourrissons, assiéger nos villes, enterrer vivants des jeunes etc…Ayons le courage de lui dire non et de mettre fin à ce cycle de tragédies ! Soyons fiers d’avoir dit non ! Aller aux « locales » c’est permettre à cette dictature de continuer ses basses œuvres, c’est saboter notre lutte de libération, c’est oublier les innocents qui pourrissent dans les geôles de la dictature et c’est oublier nos martyrs et tous nos autres sacrifices. !.

e) Sanction. Lorsqu’un gouvernement ne s’occupe pas du bien-être de son peuple, il va à l’encontre de la volonté du ciel et il doit être sanctionné et changé. Nous avons reçu le mandat céleste de nous débarrasser de cette dictature pourrie et satanique. Nous devons le sanctionner pour son refus du retour de la constitution originelle de 1992. Nous devons le sanctionner pour avoir voté une nouvelle constitution, personnalisée, aberrante, qui dessert l’intérêt supérieur de la nation. Une façon de le sanctionner est de lui dire un NON ferme en ne participant pas aux élections locales !


3) Maintenir le cap et porter haut le flambeau de la lutte de libération. Chers compatriotes ! Peuple togolais ! La liberté ne se donne pas ; elle s’arrache par la lutte en allant toujours de l’avant et non en reculant ! Comme Mgr Kpodzro, moi aussi, je ne suis pas « opposant » mais un » résistant », mûri et aguerri dans les geôles ténébreuses de la dictature. La nature de cette dictature est sans scrupules et elle est dotée d’une capacité de nuisance à se métamorphoser pour illusionner et tromper les gens. J’ai rejoint, comme beaucoup d’autres compatriotes, la diaspora pour continuer la lutte. Bien que nous soyons libres dans nos pays d’accueil, nous ne nous sentons pas pour autant libres puisque notre pays d’origine est toujours tenu d’une main de fer par la plus vieille dictature d’Afrique. Personne ne peut s’approprier cette lutte que nous menons ensemble et dire que » c’est la lutte de ceux qui sont à l’intérieur et qu’ils la mèneront comme ils l’entendent » Non ! Aucun peuple soumis à une dictature ne s’est libéré sans la participation directe ou indirecte de sa diaspora ! Cette lutte de libération est collective car selon Paolo Freire « personne ne se libère seul, personne ne libère autrui, les hommes se libèrent ensemble ». Cette lutte de libération devra se poursuivre jusqu’à la victoire, jusqu’à notre liberté totale. Il ne s’agit pas d’une goutte de liberté mais de la totalité de la liberté la plus large. C’est pourquoi, sans faiblir, nous devons maintenir le cap ! Puisque nous avons choisi la lutte non violente nous devons respecter ses règles, ses trois principes : désobéissance civile, non coopération et insoumission généralisée. Ces trois principes s’exercent dans tous les domaines de la vie publique : culturel, social, politique et économique. La non coopération dans le domaine politique c’est de ne pas participer aux manifestations ou événements politiques initiés par le gouvernement y compris les consultations électorales telles que ces élections municipales. Je ne donnerais pas plus de 90 jours à ce régime si ces trois principes étaient strictement appliqués par tous, ensemble ! Les « opposants qui veulent aller aux élections ne voient pas les conséquences de leur choix sur l’avenir de notre lutte de libération nationale. Leur choix ne repose que sur des intérêts personnels, des intérêts de partis, des intérêts étrangers ou sur certaines considérations locales dérisoires. Devrions-nous nous transformer seulement le 30 juin en une agence d’embauches pour sélectionner sur 11500 candidats ceux qui occuperont les 1400 postes disponibles ? Les salaires des futurs maires de l’ »opposition » pourraient-ils, ne serait-ce qu’un seul jour, nourrir le peuple togolais qui souffre de la faim, soigner le peuple togolais malade ou payer son éducation ? NON !

Le Togo, lourdement endetté à plus de 81% du PIB, est le 10ème pays le plus pauvre dans le monde alors que ses richesses énormes sont monopolisées par la minorité dirigeante et ses alliés étrangers. Notre peuple se retrouve bien dans cette citation de Nelson Mandela : « Le droit de l’humanité est dénié chaque jour à des milliers de gens, par leur pauvreté et leur incapacité à pourvoir à des besoins tels que la nourriture, le travail, l’eau, l’abri, l’éducation, la santé et un environnement sain » Notre devoir est de continuer la lutte pour le sortir le plus tôt possible de cette situation. C’est pourquoi le flambeau de la lutte doit être maintenu haut. C’est pourquoi les municipales doivent être massivement boycottées. En réitérant l’exploit du 20 décembre, nous infligerons une nouvelle défaite psychologique à la dictature qui créera le doute dans son esprit et dans celui de ses alliés. Nous abattrons plus facilement cet esprit et le corps qui l’abrite se disloquera plus facilement aussi. Si ce boycott n’est pas fait alors les ténèbres recouvriront à nouveau notre pays. Celui-ci, emporté par les forces du mal, sera plongé dans une nuit profonde. Mais comme l’a affirmé Winston Churchill « c’est lorsque la nuit est la plus profonde que les étoiles brillent », tant qu’il y aura des étoiles au-dessus de la Terre de nos Aïeux, la lutte ne s’éteindra pas non plus ! Une nouvelle Espérance de liberté pour le Togo renaîtra ! Répondons à cet appel du 18 juin pour libérer notre patrie !

La victoire est certaine et la Joie approche à grands pas!

Vive le TOGO Libre !

ABLODE GBADZA !

Fait à Colmar, le 18 juin 2019

Ati Antoine Randolph

Contact : [email protected]



Source :


Publicité>


Commentaires


 15   Cantata | 6/19/2019 9:29:32 PM
  Réponse 14-GNAROU
 
Donner des diamants à des porcs, ils ne penseraient qu'à des cailloux qui ne servent à rien.
 

 14   GNAROU | 6/19/2019 2:31:18 PM
  Réponse 10-Lucrece
 
La VERITÉ se dit en peu de mots !!!

Seul le tribalisme les empêche de voir la verité en face !

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
 

 13   Bibi | 6/19/2019 1:26:47 PM
La momie Randolphe Toutankhamon qui parle doit retourner dans son sarcophage.
 

 12   ogun | 6/19/2019 1:02:06 PM
Bonjour!

Mr. Randolph,

Moi je crois que l'UNION fait TOUJOURS la FORCE....
Savez-vous pourquoi a la conference de Berlin en 1884 les colonisateurs ont divise l'Afrique?
A mediter....

"They don't want to see us unite
All they want us to do is keep on fussing and fighting
They don't want to see us live together
All they want us to do is keep on killing one another"
B. Marley

 

 11   Pragmatism | 6/19/2019 12:52:33 PM
Il appelle cela exploit. Qu'est ce qui a été gagnée le 20 décembre ? Je vois. Une assemblée acquise au pouvoir, pour appliquer l'agenda du pouvoir sans contestation ou débat, a l'image des reformes passer. L'insanité est de faire la même chose à répétition, mais espéré un résultat diffèrent. Depuis quand la politique de la chaise vide à fonctionner au Togo ? Et malgré l'échec retentissant de ladite stratégie depuis des décennies, une fois encore prouvé en décembre dernier, il y a encore des gens qui prêchent la même strategy.

L'opposition togolaise n'a que deux options, la force ou la coopération. La force a pour source les populations, sur lesquelles elle ne peut plus compter sur cause de perte de confiance. Alors, il ne la reste que l'option de la coopération, en espérant qu'elle peut apporter sa pierre à la construction nationale. Peut-être que dans quelque année, ils pourront comparer les résultats des communes gérées par eux et celles gérées par les amis du pouvoir. Quoi de mieux pour convaincre les populations et regagner leurs confiance, que des preuves tangible de bonne gouvernance ?
 

 10   Lucrece | 6/19/2019 12:45:50 PM
Logorrhée creuse, alambiquée et ubuesque( grotesque et ridicule). Des constitutions de phrases tordues, longues!
Soit bref la prochaine fois, je crois que tu sais faire un résumé.
Boycott pour faire quoi?

Du n'importe quoi!
 

 9   Kadanga | 6/19/2019 11:28:09 AM
Quand Dieu distribuait la honte là mon Dr Antoine etait oú maaaaaaaa?????
 

 8   LA VICTIME | 6/19/2019 10:36:54 AM
Je voudrais rejoindre illico presto Ati Antoine Randolph dans son maquis où il mène vaillamment la lutte de libération du Peuple Togolais: mais j'ai du mal à trouver le coin du Togo appelé "Colmar" qui est le QG du révolutionnaire. Please HELP ME.
Mon œil, Qui Trompe Qui?
 

 7   CAP 2020 | 6/19/2019 10:18:40 AM
...Boycoter c'est bien, mais s' engage c'est aussi bien... Dixit un internaute. Antoine! Les togolais écoutent mieux les devanciers politiques au pays. Seule ta famille à qui tu envois des sous t' écoute. En décembre 2018 Adzamagbo/Fabre et affidés ont réussi le boycott et non l' empêchement. En ce juin 2019 ils sont tous dans la bataille faisant confiance aux <urnes made rpt-unir > avc un fichier introuvable. Tu prêches donc dans le désert trop tard mon grand-frère du Togo. As-tu écouté Adzamagbo!!! As-tu suivant Fabre: <...NOUS c'est nous; nous sommes ANC,... Nous c'est nous ;.. On va aux élections.... > Trop tard Mr. Antoine.
 

 6   Tulabo | 6/19/2019 10:01:14 AM
La lutte est engagée.
Nous avons pour obligation de nous libérer de la dictature et c'est un droit légitime.
 

 5   Diable | 6/19/2019 9:45:49 AM
On a pas besoin de lire un roman avant de comprendre ce qui se passe dans le cercle de vie des Togolais. Soyez bref quand vous passez vos messages et aider le peuple à prendre ce qu' il lui faut pour sa réflexion.
Boycotter, c'est bien mais s' engager, c' aussi bien!
Nous ne pouvons qu' accompagner le peuple dans sa décision. Bien sûr, nous pouvons lui proposer mais le pouvoir de décision lui revient. S' il décide de participer, ainsi soit-il.
Nous analyserons les retombées de son action et nous seront tirés nos conclusions.
Well, on nous dira que le peuple a déjà échoué avant les élections, connaissant bien nos adversaires. C'est bien vrai, mais nous continuerons de les exposer et les humilier partout où besoin se fera sentir.

Bonjour le Togo.
 

 4   Clement GAVI | 6/19/2019 9:29:07 AM
'Personne ne se libère seul, personne ne libère autrui, les hommes se libèrent ensemble'

Oui, ces hommes qui sont habites par l'humanite. Quant aux autres, ces hommes habites par le diable, ils sont de toute eternite convaincus que leur propre liberte exige le contre chez la multitude. Ainsi les montres que sont ces dictateurs deviennent des outils de predilection.

Entre eux et les peuples c'est une question ou de silence ou de violence. C:est a dire lorsque les peuples, cette masse des exploites se taisent dans la souffrance et la misere, ils sont epargnes. Mais, lorsqu'ils osent hurler leurs douleurs et souffrances, la mort et d'autres formes de violences telles les privations, leur sont servis. En derriere consequence la vie devient condamnation pour des millions et des millions sur la terre. Ils naissent pour souffrir et mourir du terrorisme que representent la dictature et ses soutiens.

C'est le drame au Togo, c'est le drame du peuple Togolais.
 

 3   Kaboua | 6/19/2019 9:21:36 AM
Antoine
Je suis contre cette politique de la chaise vide et laisse la place à ce régime sanguinaire nous gouverne encore pour 52 ans. C'est bien beau de le dire quand tu as vécu toute ta vie à l'exterieur. J'encourage L'opposition pour qu'elle s'engage et remporte certaines communes.
 

 2   GNAROU | 6/19/2019 8:05:28 AM
Dr veterinaire !! Ça ne comprend pas les hommes .

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
 

 1   ABIDJAN | 6/19/2019 7:47:55 AM
Ca s'appelle prêche dans le desert car Randolph est le seul au monde a comprendre le langage qu'il parle.
 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Autonomisation économique: le PAEF-PG redonne vie aux groupements féminins Le PAEF-PG est un projet entièrement financé par le Gouvernement béninois pour un montant de huit milliards francs CFA sur une période de 5 ans. De 2017 à 2018, environ 2,5 milliards de FCFA ont été déjà débloqué par le Gouvernement pour équiper plus de 850 groupements de femmes à travers toute le pays. [ 7/19/2019 ]
Elections locales 2019 : La Cour suprême annule les scrutins dans 2 communes La Cour suprême a donné ce 17 juillet les résultats définitifs des élections des conseillers municipaux du 30 juin 2019. Les juges de la juridiction ont décidé de l’annulation du scrutin dans les communes Wawa 1 et Zio 4, portant ainsi à cinq (5) le nombre de communes dans lesquelles le vote sera repris.  [ 7/18/2019 ]
Elections municipales 2019 : La Cour suprême donne les résultats définitifs Hier mercredi 17 juillet 2019, la Cour suprême a rendu public les résultats définitifs des élections municipales du 30 juin dernier. 1464 ont été confirmés sur les 1490 conseillers municipaux élus avec un taux de participation de 52,46%.  [ 7/18/2019 ]
« Les délais incompressibles fixés dans le code électoral sont inappropriés et inadéquats à nos réalités » selon Akakpovi Gamatho Au cours de la proclamation des résultats définitifs des élections locales du 30 juin dernier, séance tenante, le président de la Cour suprême Akakpovi Gamatho a saisi l’occasion pour énoncer quelques inquiétudes relevées par la Chambre administrative dans l’examen des résultats provisoires présentés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).  [ 7/18/2019 ]
Course au poste de maire : L’ANC obligée de coaliser avec la C14… Les résultats définitifs des municipales proclamés mercredi par la Cour Suprême, n’ont pas satisfait les responsables de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC). [ 7/18/2019 ]
La C14 soutient le « combat exemplaire » de Mgr Kpodzro Dans un communiqué rendu public jeudi, les leaders de la Coalition des 14 ont salué le courage dont fait preuve Mgr Philippe Fanoko Kpodzro dans ses prises de position contre un 4em mandat du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Pour Brigitte Adjamagbo-Johnson et ses camarades, l’Archevêque émérite de Lomé est « un père à travers lequel Dieu parle et agit pour la libération du Togo », et le combat qu’il mène pour l’unicité d’action de l’opposition togolaise est « exemplaire ». La C14 invite tous les Togolais de l’intérieur comme de l’extérieur ainsi que tous les amis du Togo à ne pas baisser les bras et à s’inspirer des actes et des paroles que le Dieu Tout Puissant « nous adresse à travers son serviteur Mgr Philippe Kpodzro, pour poursuivre avec encore plus de détermination, notre noble lutte pour l’alternance et le changement pacifique sur la Terre de nos aïeux ». Lecture !  [ 7/18/2019 ]
Mobilité urbaine: Roch Marc Christian Kaboré lance la réhabilitation de la rocade Sud-Est du boulevard Tansoba Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, préside le mardi 16 juillet 2019, la cérémonie de lancement des travaux de réhabilitation et d’amélioration de la Rocade Sud-Est du boulevard des Tansoba à Ouagadougou. [ 7/17/2019 ]
Locales : Une affaire de logo divise Hervé Piza et le député Obeku dans la commune Wawa 1 La Cour suprême qui s’apprête à proclamer les résultats définitifs des dernières élections locales ce mercredi 17 juillet devra également trancher sur plusieurs recours. [ 7/17/2019 ]
La DTB contre la souscription pour la mise en place du HCTE La Diaspora Togolaise de Belgique (DTB) est contre la mise en place du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HTCE) lancé par le ministre en charge des Affaires étrangères Robert Dussey le 2 juillet dernier. Dans un communiqué en date d’hier lundi, l’organisation a invité la diaspora togolaise de par le monde à ne pas souscrire à la mise en place du HCTE pour absence de transparence et de rigueur. [ 7/16/2019 ]
Déclaration relative au lancement du Haut Conseil des Togolais de l’éxtérieur (HCTE) par le ministre des Affaires étrangères du Togo.  [ 7/16/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média